Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actualités › Actu

Des gilets jaunes rouges de colère

Des images de violences ont traversé ce week end sous le feu des projecteurs médiatiques avides de sensations mais non sans arrières pensées politiques. Il est tout juste temps pour ce gouvernement de répondre à ce qui s’exprime de façon inédite dans le pays. Et ne pas se contenter de s’indigner devant des actes de violence qu’on ne peut imputer à celles et ceux qui défendent le droit de vivre de leur travail et de leur pension.

D’où vient la violence ?

A l’origine il y a une seule responsabilité : la politique décidée et assumée par le président de la République, son gouvernement et ses députés, qui depuis des mois accumulent les agressions contre les conditions de vie et de travail de la très grande majorité de la population. Ignorant la colère des retraités qui ont manifesté trois fois en octobre après une énorme mobilisation en mars et cet été, il a multiplié les déclarations souvent méprisantes à l’égard des salariés et des chômeurs.

La hausse des carburants aura été la goutte qui a fait déborder le vase de la colère. Aucune réponse concrète ne venant du pouvoir, les revendications se sont élargies jusqu’à la mise en cause de la légitimité du président.

Ce refus de la part du gouvernement de prendre la mesure de la colère et d’apporter des réponses à une souffrance largement exprimée et illustrée depuis des mois, ne pouvait qu’aggraver la situation et pousser à l’exaspération. Cela peut faire partie d’un calcul politique : le pourrissement et les débordements qui en résultent. L’utilisation ensuite de ces débordements pour disqualifier le mouvement de protestation et le réduire à ses éléments les plus violents.

Tout mouvement social s’enrichit de son action

Oui des milliers de personnes qui ne s’étaient pas senties concernées par les nombreuses luttes à l’initiative des syndicats ces derniers mois, se sont engagées dans un mouvement revendicatif d’ampleur et il faut s’en féliciter. D’autant que la revendication qui émerge est celle de la justice sociale et fiscale, ce que la CGT ne cesse d’exiger et qu’elle a encore manifesté ce même samedi 1er décembre. De la convergence des colères à la convergence des luttes ?

Quelles solutions ?

Le gouvernement, après l’intervention du président mardi dernier (voir notre article), se lance dans une série de consultations. Gagner du temps semble être sa préoccupation première en espérant que la trêve de Noël soit une trêve pour lui-même. Tout cela serait le fruit d’un malentendu et changer de méthode suffirait à calmer les choses. Sans mesure concrète et immédiate cet espoir est vain, car c’est des difficultés de la vie de millions de familles qu’il s’agit et c’est à cela qu’il faut répondre et maintenant.

L’annulation de la hausse de la CSG, l’annulation de la hausse des carburants, l’augmentation des pensions au 1er janvier en rapport avec l’évolution du coût de la vie, le rétablissement de l’Impôt solidarité sur la fortune, le rétablissement du taux de 50 % des pensions de réversion…

Voilà ce qui serait un bon début pour apaiser la colère des retraité-e-s Monsieur le président ! Ce qui vient de se passer dans le pays est suffisamment clair : il faut changer de politique et le faire rapidement.

Pascal Santoni

Le communiqué de la CGT du 3 décembre 2018


Télécharger le document : comm_cgt_03.12.18.docx
Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Les nouveautes de la taxe d'habitation Nouvel article

Lire la suite

Temoins mai 68
Un ancien de RVI Blainville

Salarié en mai 68 à la SAVIEM-Blainville dans le Calvados, il avait travaillé chez Citroën à Paris. "Depuis 1966 ça bougeait" dit-il, mais en mai 68 premiers piquets de grève et intervention des CRS...

Lire la suite